Sois une lampe dans l’obscurité

Download PDF

Il y avait jadis une âme qui se savait lumière. Comme c’était une âme neuve, elle avait hâte de faire des expériences.

 » Je suis la lumière, disait-elle. Je suis la lumière « .

Mais elle avait beau le savoir et le dire, cela ne remplaçait pas l’expérience de la chose.

Et dans le royaume d’où émergeait cette âme, il n’y avait que de la vie. Chaque âme était grande, chaque âme était magnifique et chaque âme luisait de l’éclat de Mon imposante lumière.

Alors, la petite âme en question était comme une chandelle au soleil.

Au milieu de la plus grande lumière (dont elle faisait partie) elle ne pouvait ni se voir, ni faire elle-même l’expérience de Qui et de Ce Qu’elle Est Vraiment.

Alors, cette âme se mit à aspirer de plus en plus à se connaître.

Et si grande était son aspiration qu’un jour Je lui dis :  » Sais-tu, Petite, ce que tu dois faire pour satisfaire ton aspiration ? « 

 » Quoi donc, Dieu ? Quoi ? Je ferais n’importe quoi !  » dit la petite âme. »

Tu dois te séparer de nous, lui répondis-Je, puis tu dois invoquer l’obscurité sur toi.  »

 » Qu’est-ce que l’obscurité, ô Divin ?  » demanda la petite-âme.

 » C’est ce que tu n’es pas  » lui répondis-Je, et l’âme comprit.

Alors, c’est ce que fit l’âme : elle se détacha du tout, mais oui, et se rendit même dans un autre royaume.

Et dans ce royaume, l’âme avait le pouvoir d’invoquer dans son expérience diverses sortes d’obscurité.

C’est ce qu’elle fit.

Mais, au milieu de toute l’obscurité, elle s’écria :

 » Père, Père, pourquoi m’as-Tu abandonnée ?

 » Tout comme tu l’as fait, toi, à tes heures les plus sombres.

Mais Je ne t’ai jamais abandonné, Je te suis toujours fidèle, prêt à te rappeler Qui Tu es Vraiment ; prêt, toujours prêt, à te ramener chez toi.

Par conséquent, sois une lampe dans l’obscurité et ne la maudis pas.

Et n’oublie pas Qui Tu Es au moment où tu seras encerclé par ce que tu n’es pas. Mais loue la création, au moment même où tu cherches à la changer.

 

Extrait, Conversation avec Dieu, Neale Donald Wash

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *