L’imagination comme outil de Création

Download PDF

Pourquoi possédons nous une imagination capable de s’étendre sans limites.

Lorsque nous fermons les yeux et imaginons une voiture rouge, nos yeux sont clos tandis que nous « voyons » intérieurement la voiture.

Si nous nous imaginons le bruit qu’elle peut faire, nous « entendons » alors immédiatement le bruit du moteur tandis qu’il n’est objectivement présent, à cet instant précis, QUE dans notre esprit ….

D’où vient le son que nous captons dans notre tête si aucune vibrations sonores émises concrètement par le moteur d’une voiture ne nous environne directement …. QUI voit et QUI entends la voiture lorsque nous avons les yeux bien clos et qu’elle n’est qu’imaginée ?

Nous ne pouvons nier le fait que cette voiture « se manifeste » déjà bel et bien dans notre réalité intérieure présente ; malgré le fait qu’elle ne soit pas physiquement présente à l’extérieur de nous.

Le simple fait d’être capable et libre  de choisir et de produire l’image de notre choix , à chaque instant avec la possibilité de voir, d’entendre et de ressentir les caractéristiques illimités que nous souhaiterons intégrer à cette image, nous démontre que nous sommes déjà libres sur le plan intérieur, tandis que nous continuons à nous référer à un environnement extérieur pour formater notre perception et nos croyances sur la réalité.

Lorsque nous nous imaginons la joie ressentie une fois un objectif atteint, nous sommes capables de ressentir concrètement cette émotion, tandis que l’objectif n’est pas encore réalisé, alors Qui ressent l’émotion, au final ?

Notre être intérieur est capable de vivre intensément et de manière directe ce que le corps n’expérimente pas encore.

S’agit il vraiment là d’une lubie de l’esprit ?

Sommes nous juste ce morceau de chair ayant besoin de se nourrir pour « sur »vivre, ou avons nous la possibilité de vivre déjà intérieurement tout ce que nous souhaitons extérieurement expérimenter.

Notre imagination et notre capacité à être conscient de nos pensées ne serviraient-elles donc à rien ?

Nous nous situerions donc dans une espèce de grande farce cosmique ?

Nous avons la capacité (et même le devoir ) de concrétiser nos désirs, tout ce que nous imprimons en terme d’émotions dans notre for intérieur à une tendance naturelle à se matérialiser dans nos vies.  Le subconscient ne faisant pas la différence entre une réalité vécue de manière objective ou subjective.

Il s’agit d’être à l’écoute des émotions qui nous traversent, il ne s’agit que de courants d’énergie, d’électricité traversant nos corps et qui ne demandent qu’à circuler librement.

Notre seule tâche consiste à tourner notre regard vers l’intérieur, à devenir conscient de ces courants traversants, acceptant leur tonalité et intensité pour les laisser s’exprimer librement lorsqu’elles se présentent, en cessant de juger, d’étiqueter mentalement, accepter pleinement que nous ne sommes que réceptacle et transmetteur de ces énergies vibrantes et traversantes.

Nous devons identifier les pensées associées aux émotions perçues intérieurement afin de choisir consciemment de les cultiver ou non.

Notre liberté réside dans notre capacité à développer des sentiments intérieurs, capables de nous conduire, concrètement vers les vibrations correspondantes dans notre expérience de vie strictement « manifestée ».

L’énergie que nous émettons, à travers ce que nous sommes capable d’imaginer et de ressentir intérieurement, reliée et réceptionnée par l’énergie universelle se syntonise pour s’amalgamer à elle et s’amplifier afin de permettre la manifestation tangible de ces énergies dans notre vie, de la même manière qu’un émetteur radio capte et retransmet la fréquence d’ondes qu’il reçoit.

Nous ne sommes que des canaux vivants.

Les émotions et sentiments qui nous habitent ne sont que de l’énergie en circulation permanente.

L’information contenue dans l’énergie circulante n’est que la somme des idées qui nous parviennent et des pensées qui s’y rattachent.

En permettant à ce « tout » intérieur de circuler librement nous rendons possible l’impossible. Nous transcendons les limites de la « matérialité »et nous faisons un pas vers nous même. Nous nous défaisons de l’illusion d’impuissance qui nous fait tant souffrir.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *